Publications

Thèses


< retour aux thèses

« Architectures intégrées de gestion de l’énergie pour les microsystèmes autonomes ».

Auteur : G. Waltisperger
Directeur de thèse : S. Basrour
Co-directeur de thèse : C. Condemine
Président du jury : Ch. Piguet
Rapporteur(s) de thèse : P. Nouet, N. Abouchi,
These de Doctorat Université de Grenoble
Spécialité : Electronique, électrotechnique, automatique
Soutenance : 17/05/2011
ISBN : 978-2-84813-166-5

Résumé

Augmenter la durée de vie d'une pile, voire s'en passer est aujourd'hui devenu une obligation pour les microsystèmes. En effet, à cette échelle, le remplacement des piles et leur rejet dans l’environnement sont problématiques. La voie préconisée pour répondre à cet enjeu est d’utiliser des sources d’énergie renouvelables (solaire, thermique et mécanique). Pour cela, nous proposons de développer une plateforme de récupération d’énergie multi-sources/multi-charges (MANAGY) capable de s’adapter à son environnement pour en extraire le maximum d’énergie et répondre à des applications diverses. L’architecture est constituée de chemins directs et de chemins indirects où l’énergie provenant des sources est d’abord transférée dans une unité de stockage avant d’être réutilisée par les charges du microsystème. L’utilisation de cette nouvelle architecture permet d’optimiser le transfert d’énergie entre sources et charges et améliore le rendement du système de 33%. Avant de développer une architecture multi-sources, nous avons cherché à améliorer le rendement de la source photovoltaïque (PV) qui, au vu de l’état de l’art, a la densité de puissance la plus élevée. La recherche du rendement maximum de la source PV revient à la recherche du point de puissance maximum (MPPT). Il existe pour chaque condition d’irradiance, de température, et d’énergie extraites un couple tension-courant permettant à la source de fournir un maximum de puissance (MPP). Grâce à l’utilisation de deux chemins de puissance, nous arrivons simultanément à créer une boucle de régulation faible puissance agissant sur le rapport cyclique du système de gestion d’énergie (MPPT) et une boucle de régulation de la tension de sortie agissant sur le transfert de l’énergie. La modélisation du système nous a permis de spécifier ses performances. Pour atteindre les performances requises, des architectures innovantes ont été réalisées qui ont fait l’objet de trois brevets. De plus, des blocs ne sont activés qu’aux instants de changement d’état du système et sont conçus, quand cela a été possible, avec des transistors fonctionnant en mode faible inversion. Toutes ces optimisations permettent au système de fonctionner sur une large plage de variation de l’éclairement (de conditions intérieures supérieures à 500 lux à extérieures) avec un rendement proche de 90%.

pdf pdf

Autre localisation