Publications

Thèses


< retour aux thèses

« Architectures Flexibles pour la Validation et L’exploration de Réseaux-sur-Puce ».

Auteur : A. Kouadri Mostéfaoui
Directeur de thèse : F. Pétrot
Président du jury : R. Leveugle
Rapporteur(s) de thèse : L. Torres, S. Niar,
These de Doctorat Grenoble INP
Spécialité : micro et nano électronique
Soutenance : 24/08/2009
ISBN : 978-2-84813-135-1

Résumé

L’infrastructure de communication pour un système multiprocesseur mono-puce (MPSoC) est un organe central et de première importance. Cette importance s’explique par la place importante que tiennent les communications dans de tels systèmes distribués. Alors qu’il est maintenant admis que les réseaux -sur-puce (NoCs) constituent une solution théoriquement idéale, il se pose le problème de la validation de telles architectures complexes. En effet, malgré la régularité de leurs architectures, les réseaux-sur-puce restent des systèmes dont les interactions internes sont très difficiles à appréhender. Par ailleurs, les approches de validation classiquement employées sont très mal adaptées aux systèmes à base de NoC car très peu flexibles et très peu scalables. Cette thèse introduit un nouveau concept dans la validation matérielle des réseauxsur- puce, ce concept que nous avons appelé « émulation imprécise » contraste avec les approches d’émulation matérielles classiques qui sous-entendent toutes une précision au « cycle près, bit près ». Notre approche hérite de tous les avantages liés au prototypage matériel sur les plateformes reconfigurables et y ajoute un degré de flexibilité très élevé. En effet, l’étude menée au cours de ce travail sur le comportement des réseaux -sur-puce à commutation de paquets en régime non congestionné montre que, sous certaines conditions, des modifications des caractéristiques du NoC (introduites par la plateforme d’émulation elle même) peuvent être tolérées sans que pour autant le comportement du réseau ne change de façon radicale. La technique d’émulation multi-FPGA étudiée dans cette thèse est une technique très flexible car basée sur un mode d’interconnexions inter-FPGA série. Les interconnexions séries sont beaucoup moins sensibles aux phénomènes de parasitage que les interconnexions parallèles et par conséquent les vitesses de transferts sont beaucoup plus élevées. D’autre part la technique d’émulation que nous proposons ne pose aucune condition sur la vitesse du processus d’émulation lui-même. Considérant les délais additionnels induits pas les liaisons séries et les vitesses d’émulation très élevées, un phénomène de déviation des performances peut être observé d’où l’imprécision de l’émulation. Ce phénomène a été étudié dans le cadre de cette thèse et nous avons proposé plusieurs solutions afin d’y remédier.Mots cles : MEMS RF, interrupteur, modelisation, modele statistique, test, evaluation, regression lineaire.

pdf pdf

Autre localisation